Pour tout calcul concernant la rentabilité , il est nécessaire de comprendre que le prix de l’électricité payée par un consommation contient plusieurs parties et l’énergie ne représente qu’un part du prix final. Dans le prix total, il faut payer les câbles qui acheminent l’électricité (les grands réseaux haute tension comme la distribution fine qui arrivent chez vous), les gens qui s’en occupent à toute heure et par tout temps, ainsi que quelques taxes dont celle pour promouvoir les énergies renouvelables.

Image swissgrid.ch

Pour les petits producteurs ayant du solaire PV, le distributeur a l’obligation légale de reprendre l’énergie injectée au prix moyen de l’approvisionnement. Mais dans ce cas, seul la part de l’énergie est payée soit environ un tiers. Le petit producteur est payé comme si il était un grand barrage…

C’est pourquoi il faut essayer d’autoconsommer le maximum en direct car dans ce cas la valorisation du kWh produit est au prix de l’électricité payée total et sinon elle est seulement à hauteur de la part énergie.

La parité réseau compare le prix de revient du solaire (LCOE) avec le coût total de l’électricité. Comme expliqué cela est un premier point de basculement à partir duquel il est financièrement intéressant de produire soi-même de l’énergie (… il y a d’autres motivations).

Si on calcul que l’on est exactement à la parité, mais que le taux d’autoconsommation n’est pas de 100%, l’installation n’est pas rentable financièrement.

Le calculs des coûts et de la rentabilité d’une installation en autoconsommation demande de bien distinguer les différents coûts:

Pour la batterie

Mais en réalité l’utilisation de la batterie ne sera pas complète.